BELLANGER, Albert Jules : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
m
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
== Etat civil ==
 
== Etat civil ==
Né le 28 juillet 1894 à Marcq de Louis Jules Cadot et de Louise Dupuis, Albert Bellanger exerce la profession de cocher.  
+
Né le 28 juillet 1894 à Marcq <ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053e38154ab527/53e381562c245 Registre des naissances, mariages et décès de Marcq, 1875-1894, Archives Départementales]</ref> de Louis Jules Cadot et de Louise Dupuis, Albert Bellanger exerce la profession de cocher.<br />
 +
 
 +
Dans le recensement de Marcq (1911), Albert Bellanger apparaît chez Edouard Floquet, fermier <ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053ee7d1ee5d01/53ee7d1eecf65 Liste de recensement de la population de Marcq 1911, Archives départementales]</ref>. Il est ouvrier agricole.  <br />
 +
 
 
Il est mort pour la France le 31 août 1915 à Mouilly (Meuse, 55). <br />
 
Il est mort pour la France le 31 août 1915 à Mouilly (Meuse, 55). <br />
 
== Renseignements militaires ==
 
== Renseignements militaires ==
Ligne 7 : Ligne 10 :
 
Matricule : 282<br />
 
Matricule : 282<br />
  
Bureau de recrutement : Versailles<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d0041ea042f/53d0042047d05 Registre d'incorporation militaire d'Albert Jules Bellanger]</ref><br />
+
Bureau de recrutement : Versailles<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d0041ea042f/53d0042047d05 Registre d'incorporation militaire d'Albert Jules Bellanger, Archives Départementales]</ref><br />
  
 
== Etats de service ==
 
== Etats de service ==
Il est incorporé dès septembre 1914, en tant que Dragon de 2ème classe au 9ème régiment de dragons. Il passe dès octobre au 1er régiment d'infanterie. Il est blessé le 16 février 1915 au thorax (coté gauche). Le 1er juillet 1915, il est attaché au 9ème bataillon des chasseurs à pied. Dans la tranchée de Calonne, il décéde le 31 août 1915.  
+
Il est incorporé dès septembre 1914, en tant que Dragon de 2ème classe au 9ème régiment de dragons. Il passe dès octobre au 1er régiment d'infanterie. Il est blessé le 16 février 1915 au thorax (coté gauche). Le 1er juillet 1915, il est attaché au 9ème bataillon des chasseurs à pied. Ce bataillon opère dans la Meuse, dans la tranchée de Calonne. Il est blessé lors des bombardements le 31 août 1915, et décède des suites de ses blessures <ref>[http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00528f4f7b21b9b/528f4f7b5a0fe Extrait du Journal des Marches et Opérations du 9ème bataillon de chasseurs à pied mentionnant la blessure de Bellanger, Chemins de la Mémoire]</ref>.  
Il obtient la mention "Mort pour la France" .<br />
+
Il obtient la mention "Mort pour la France"<ref>[http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m00523abe0f4d20c/5242c6da2e474 Fiche individuelle "Mort pour la France", sur Mémoires des Hommes]</ref>.<br />
 
Son nom apparaît sur le monument aux morts de Marcq, où il était né, et sur celui d'Andelu, où il vivait.  
 
Son nom apparaît sur le monument aux morts de Marcq, où il était né, et sur celui d'Andelu, où il vivait.  
  

Version du 29 juin 2015 à 21:02

Etat civil

Né le 28 juillet 1894 à Marcq [1] de Louis Jules Cadot et de Louise Dupuis, Albert Bellanger exerce la profession de cocher.

Dans le recensement de Marcq (1911), Albert Bellanger apparaît chez Edouard Floquet, fermier [2]. Il est ouvrier agricole.

Il est mort pour la France le 31 août 1915 à Mouilly (Meuse, 55).

Renseignements militaires

Classe : 1914

Matricule : 282

Bureau de recrutement : Versailles[3]

Etats de service

Il est incorporé dès septembre 1914, en tant que Dragon de 2ème classe au 9ème régiment de dragons. Il passe dès octobre au 1er régiment d'infanterie. Il est blessé le 16 février 1915 au thorax (coté gauche). Le 1er juillet 1915, il est attaché au 9ème bataillon des chasseurs à pied. Ce bataillon opère dans la Meuse, dans la tranchée de Calonne. Il est blessé lors des bombardements le 31 août 1915, et décède des suites de ses blessures [4]. Il obtient la mention "Mort pour la France"[5].
Son nom apparaît sur le monument aux morts de Marcq, où il était né, et sur celui d'Andelu, où il vivait.

Notes et références

<references>