BELLANGER, Albert Jules : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
m
m
 
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
Matricule : 282<br />
 
Matricule : 282<br />
  
Bureau de recrutement : Versailles<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d0041ea042f/53d0042047d05 Registre d'incorporation militaire d'Albert Jules Bellanger, Archives Départementales]</ref><br />
+
Bureau de recrutement : Versailles<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d0041ea042f/53d0042047d05 Fiche matriculaire d'Albert Jules Bellanger, Archives Départementales]</ref><br />
  
 
== Etats de service ==
 
== Etats de service ==

Version actuelle datée du 7 novembre 2015 à 21:10

Etat civil

Né le 28 juillet 1894 à Marcq [1] de Louis Jules (décédé en 1899) et de Louise Dupuis, Albert Bellanger habite à Marcq où il exerce la profession de cocher selon sa fiche matricule. Dans le recensement de 1911, Albert Bellanger est ouvrier agricole, chez Edouard Floquet, fermier [2].

Il est mort pour la France le 31 août 1915 à Mouilly (Meuse, 55).
En 1921, sa mère demande et obtient une concession dans le cimetière de Marcq, car ses restes doivent être rapportés aux frais de l'état [3]

Renseignements militaires

Classe : 1914

Matricule : 282

Bureau de recrutement : Versailles[4]

Etats de service

Âgé de tout juste 20 ans, il est incorporé dès septembre 1914, en tant que Dragon de 2ème classe au 9ème régiment de dragons. Il passe dès octobre au 1er régiment d'infanterie. Il est blessé le 16 février 1915 au thorax (coté gauche). Le 1er juillet 1915, il est attaché au 9ème bataillon des chasseurs à pied. Ce bataillon opère dans la Meuse, dans la tranchée de Calonne. Il est blessé lors des bombardements le 31 août 1915, et décède des suites de ses blessures au bivouac de Palcroix [5]. Il obtient la mention "Mort pour la France", transcrite dans le registre d'état civil de Marcq le 13 octobre 1915[6].

Notes et références

<references>