Chronique d'août 1914: Vers une économie de guerre

De Le Wiki de la Grande Guerre
Révision datée du 18 décembre 2014 à 11:46 par TestAD (discussion | contributions) (Rajout images)

Chronique d'août 1914

Vers une économie de guerre

L’Echo de Versailles, 7 août 1914

Les autorités s'adressent à la population par voie d’affiche et par la presse. A cette époque et vu les circonstances, ce sont les moyens les plus efficaces pour informer le plus de citoyens.

La mobilisation générale a été décrétée par le gouvernement le 1er août 1914 et le temps de faire parvenir l’information dans toutes les communes, le 1er jour de la mobilisation est fixé au dimanche 2 août.

Détail de l'Echo de Versailles, 7 août 1914

Au début de la guerre, et en particulier parce que l’on craint une invasion et un siège de Paris comme en 1870, on a pris des mesures en prévision de cette éventualité. On a délimité un vaste espace militaire autour de Paris, le camp retranché de Paris, dont Versailles fait partie (l’extension à l’Ouest atteint Plaisir).

Dans le camp retranché de Paris, l’autorité est exercée en partie par l’Armée. C’est pourquoi les décisions sont prises à la fois par les élus (le conseil municipal), le représentant de l’Etat (le préfet) et l’autorité militaire (le Général commandant d’armes).

Les premières mesures prises concernent l’approvisionnement de la population en produits alimentaires et de première nécessité. Ces mesures sont essentielles d’autant plus que dans le même temps les autorités militaires procèdent à des réquisitions massives pour approvisionner l’armée. Il s’agit aussi d’éviter les mouvements de panique, la constitution de stocks par les particuliers et la spéculation par les commerçants.

Il faut aussi très vite penser à aider les familles. En effet dans de très nombreux cas les mères de famille ne travaillaient pas. Une fois leur mari parti au front, il n’y a plus de salaire pour subvenir aux besoins de la famille. Beaucoup d’hommes, parmi ceux qui ne sont pas mobilisables, se retrouvent au chômage, du fait de la désorganisation liée à la mobilisation.

Isabelle ATTARD-AMAN