Chronique d'octobre 1915: les hôpitaux militaires

De Le Wiki de la Grande Guerre
Révision datée du 5 octobre 2015 à 10:16 par AugAugustinustin (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Hôpital de Maisons-Laffitte, ADY 3Fi 137 53

Hôpital de Maisons-Laffitte

Il s’agit de l’hôpital auxiliaire n°11 installé dans l’hôtel royal. Il a abrité une centaine de lits (entre 105 et 125). Il a fonctionné du 2 août 1914 au 28 janvier 1919. Il est géré comme tous les hôpitaux auxiliaires par les sociétés d’assistance affiliées à la Croix rouge française. Ces sociétés ont obligation de créer des hôpitaux qui puissent fonctionner rapidement. Il existe trois catégories d’hôpitaux auxiliaires : ceux qui sont suffisamment préparés pour fonctionner dès le 9ème jour de la mobilisation, ceux qui peuvent être opérationnels dès le 16ème jour enfin ceux dont l’organisation est à peine ébauchée et dont la date d’ouverture n’est pas fixée. Les soldats blessés étaient acheminés en train sanitaire à la gare du Champ de courses puis transportés à l’hôpital. Outre cet hôpital une villa de Maisons-Laffitte a accueilli un hôpital d’une trentaine de lits pour les officiers entre avril 1915 et janvier 1919.

De nombreux hôpitaux sont implantés dans les Yvelines. On y trouve divers types d’hôpitaux militaires, dépendants des hôpitaux militaires de Paris comme le Val de Grâce ou de Versailles comme D.Larrey, des hôpitaux auxiliaires, des centres de convalescence. Les hôpitaux civils accueillent également des blessés. En effet au fil du conflit le plan d’hospitalisation et d’évacuation (PHE) mis en place par l’armée évolue en fonction des besoins. Les hôpitaux militaires, hôpitaux de campagne, hôpitaux auxiliaires, aux hôpitaux civils ne suffisent plus et il devient nécessaire de réquisitionner des locaux comme les hôtels, les écoles, les mairies pour accueillir les blessés dont le nombre dépasse rapidement toutes les prévisions de l’Etat major.

Quant aux blessés britanniques, ils sont soignés au Trianon palace dévolu au royal army medical corp et devenu general hospital.

Isabelle ATTARD-AMAN

Pour aller plus loin :

Hôpitaux militaires dans la Guerre de 1914-1918, F. Olier et J.L. Quénec’hdu, Ysec Editions mai 2010, tome II

Dictionnaire de la Grande Guerre, sous la direction de F. Cochet et R. Porte, collection Bouquins, R. Laffont, 2008, article Hôpital militaire.

Sophie Delaporte, Médecine et blessures de guerre in Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918 sous la direction de S.Audouin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker, Bayard 2013