GOIX, Léon Paul : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
(Page créée avec « == Etat civil == Léon Paul Goix est né le 7 avril 1884 à Villejust<ref>[http://portailweb.cg91.mnesys.fr/?id=viewer&doc=accounts%2Fmnesys_cg91%2Fdatas%2Fir%2Freprise%2F... »)
 
Ligne 16 : Ligne 16 :
 
[[catégorie:Marcq]]
 
[[catégorie:Marcq]]
 
[[catégorie:Personnages]]
 
[[catégorie:Personnages]]
[[catégorie:Militaire]]
+
[[catégorie:Militaires]]
[[catégorie:Yvelinois "Morts pour la France]]
+
[[catégorie:Yvelinois "Morts pour la France"]]

Version du 23 juillet 2015 à 08:35

Etat civil

Léon Paul Goix est né le 7 avril 1884 à Villejust[1] (ancienne Seine-et-Oise, actuellement en Essonne) de Prosper et Marie Amélie Godin.

En 1910, il emménage à Marcq avec son épouse Hélène Lhemery. En 1913, le 6 octobre, un fils nait, Raymond Proper[2].

Parcours militaire

En 1903, Léon s’engage dans l’armée, il est affecté au 39ème régiment d’infanterie, en tant que soldat musicien de 2ème classe. En 1906, il passe dans la réserve active.
Il sera donc mobilisé le 1er août 1914 dans le 41ème régiment d’infanterie coloniale, régiment constitué en août 1914 d’une majorité de réservistes de la région parisienne, comme Léon. Il part au front en décembre[3].

Il disparait le 1er octobre 1915 devant Souchez (Pas-de-Calais), lors d’attaques où le 41ème R.I.C. s’illustre particulièrement[4]. A l’issue des attaques d’automne 1915, le village de Souchez sera entièrement détruit, rasé. L’écrivain et journaliste Jean Galtier-Boissière décrit dans Un hiver à Souchez (1915-1916) : "Souchez n'est plus qu'une dégoûtante bouillie de bois, de pierres, d'ossements, concassés et pétris dans la boue"[5] . Cette citation laisse imaginer pourquoi les corps des soldats morts sur ce champ de bataille ne furent jamais retrouvés.
Le corps de Léon perdu, il sera déclaré mort par le tribunal de Rambouillet le 9 juin 1920 et recevra la mention « mort pour la France »[6]. Il laisse une jeune veuve et un orphelin de 2 ans.

Son nom figure sur le monument aux morts de Marcq, dernier lieu de résidence. Il a visiblement été rajouté après son édification : il arrive après Verger A. Il n’a cependant pas été ajouté sur la plaque commémorative de l’église.