GUINANT Aurélien, un Orgerussien : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 10 : Ligne 10 :
 
Rappelé par mobilisation générale, Aurélien est arrivé au 101ème régiment d’infanterie de Dreux le 1er février 1915. Il est affecté au 317ème régiment d’infanterie le 12 juin 1915. Il est mort suite aux blessures de guerre lors des batailles de la Marne à Cuperly le 20 octobre 1915, à l’âge de 25 ans.  
 
Rappelé par mobilisation générale, Aurélien est arrivé au 101ème régiment d’infanterie de Dreux le 1er février 1915. Il est affecté au 317ème régiment d’infanterie le 12 juin 1915. Il est mort suite aux blessures de guerre lors des batailles de la Marne à Cuperly le 20 octobre 1915, à l’âge de 25 ans.  
  
Aurélien était maçon, fils de Louis Guinant et de Marie Clémentine Lucienne Vallot qui demeuraient au hameau de la Valetterie (lieu-dit entre l’Arnière et la Rolanderie). Aurélien avait de nombreux frères et sœurs : Octave, Gabrielle, Louise Héloïse, ses aînées et Augustin Léandre, Jules Francis, Georges Valentin, Désiré Mamers et Léon Arsène, ses petits frères.  Ses parents étaient agriculteurs.
+
Aurélien était maçon, fils de Louis Guinant et de Marie Clémentine Lucienne Vallot qui demeuraient au hameau de la Valetterie (lieu-dit entre l’Arnière et la Rolanderie). Aurélien avait de nombreux frères et sœurs : Octave, Gabrielle, Louise Héloïse, ses aînés et Augustin Léandre, Jules Francis, Georges Valentin, Désiré Mamers et Léon Arsène, ses petits frères.  Ses parents étaient agriculteurs.
  
 
De cette famille de neuf enfants, les sept garçons seront mobilisés, puisqu’ils sont nés entre 1873 et 1891. Six en reviendront. L’un sera fait prisonnier en Allemagne.  
 
De cette famille de neuf enfants, les sept garçons seront mobilisés, puisqu’ils sont nés entre 1873 et 1891. Six en reviendront. L’un sera fait prisonnier en Allemagne.  
  
 
Les deux filles, Gabrielle qui épouse Eugène Dourdet en 1900, et Louise Héloïse qui se marie avec Désiré Louis Victor Mardelet en 1897, verront elles-aussi partir leur mari pour la guerre.
 
Les deux filles, Gabrielle qui épouse Eugène Dourdet en 1900, et Louise Héloïse qui se marie avec Désiré Louis Victor Mardelet en 1897, verront elles-aussi partir leur mari pour la guerre.
 +
 +
Extrait de la publication municipale d'Orgerus : PEO Hors série de mars 2016 : http://www.orgerus.fr/vie-locale/peo/hors-serie/
  
  
 
[[catégorie : personnages]]
 
[[catégorie : personnages]]
[[catégorie : lieux : Orgerus]]
+
[[catégorie : Orgerus]]

Version actuelle datée du 4 mars 2016 à 20:24

Aurélien Blaise GUINANT

Transcription de décès des registres d’Orgerus de Aurélien Blaise GUINANT mort pour la France :

« L’an 1916 le 22 février à 4h du soir, transcription du décès :

L’an 1915 le 20 octobre à 10h étant à Cuperly Marne, acte de décès de Aurélien Blaise Guinant, soldat de 2ème classe 317ème d’infanterie, 13ème cie immatriculé sous le numéro Plaque d’identité classe 1900 Versailles 3102, né le 8 février 1880 à Orgerus, domicilié à Orgerus, décédé à Cuperly le 20 octobre 1915 à 10h, mort pour la France, fils de Louis Arsène et de Vallot Marie Clémentine Lucienne, domiciliés à Orgerus. »


Aurélien est inhumé au cimetière du Moutier d’Orgerus. Rappelé par mobilisation générale, Aurélien est arrivé au 101ème régiment d’infanterie de Dreux le 1er février 1915. Il est affecté au 317ème régiment d’infanterie le 12 juin 1915. Il est mort suite aux blessures de guerre lors des batailles de la Marne à Cuperly le 20 octobre 1915, à l’âge de 25 ans.

Aurélien était maçon, fils de Louis Guinant et de Marie Clémentine Lucienne Vallot qui demeuraient au hameau de la Valetterie (lieu-dit entre l’Arnière et la Rolanderie). Aurélien avait de nombreux frères et sœurs : Octave, Gabrielle, Louise Héloïse, ses aînés et Augustin Léandre, Jules Francis, Georges Valentin, Désiré Mamers et Léon Arsène, ses petits frères. Ses parents étaient agriculteurs.

De cette famille de neuf enfants, les sept garçons seront mobilisés, puisqu’ils sont nés entre 1873 et 1891. Six en reviendront. L’un sera fait prisonnier en Allemagne.

Les deux filles, Gabrielle qui épouse Eugène Dourdet en 1900, et Louise Héloïse qui se marie avec Désiré Louis Victor Mardelet en 1897, verront elles-aussi partir leur mari pour la guerre.

Extrait de la publication municipale d'Orgerus : PEO Hors série de mars 2016 : http://www.orgerus.fr/vie-locale/peo/hors-serie/