Giboury Edouard Léon

De Le Wiki de la Grande Guerre
Révision datée du 1 novembre 2017 à 16:22 par Dlemaitre (discussion | contributions) (Page créée avec « ==N° de fiche matricule : 3027== ==Etat Civil== Né le 18 juin 1881 à Poissy (78)<br/> Résidant à Triel (78)<br/> Profession : entrepreneur de maçonnerie<br/> Fils d... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

N° de fiche matricule : 3027

Etat Civil

Né le 18 juin 1881 à Poissy (78)
Résidant à Triel (78)
Profession : entrepreneur de maçonnerie
Fils d’Edouard Edmond et feue Marie Rose Leinard, domiciliés à Triel (78)

Signalement

Cheveux et sourcils : bruns.
Yeux : marrons
Front : ordinaire
Nez : moyen
Bouche : moyenne
Menton : rond
Visage : ovale
Taille : 1m 70

Degré d’instruction générale : 2

Détail des services et mutations diverses

Incorporé le 16 novembre 1902 et 2e canonnier servant le dit jour.
Trompette le 26 septembre 1903.
Envoyé dans la disponibilité le 28 janvier 1905 étant devenu dispensé (art 22 soutien de famille. D.M du 19 janvier 1905). Certificat de bonne conduite accordé.

Rappelé à l’activité par suite de la mobilisation générale du 1er août.
Arrivé le 2 août 1914 au 5e régiment d’infanterie à pied.
Passé le 28 février 1916 au 6e régiment d’artillerie à pied.
Passé au 116e régiment d’artillerie lourde le 1er octobre 1918.
Mis en congé illimité de démobilisation (3e échelon) (ordre particulier du 21 janvier 1919. Se retire à Maurecourt (78)
Passé dans la réserve (Plan P) au 22e régiment d’artillerie de campagne. Désaffecté au profit de l’artillerie de la 1ere Don légère.
Maintenu service armé non proposé pour une pension invalidité inférieure à 10% par la Commission de réforme de Versailles du 18 août 1924 pour : cicatrice souple face postérieure épaule gauche de plaie pénétrante par éclat d’obus (mai 1917) sans gêne fonctionnelle, ni limitation des mouvements de l’épaule, sans amyotrophie due moignon. Radio : éclat métallique tête d’épingle en verre au niveau du rebord postérieur de la cavité glénoïde gauche. 1ere instance.
Passé dans la réserve de l’armée territoriale le 15 octobre 1930.

Campagne contre l’Allemagne

Aux armées : du 2 août 1914 au 20 février 1919.

Blessures, citations, décorations

Cité à l’ordre de la brigade n°49 trompette du 18 mai 1917 : Excellent canonnier très courageux, brancardier dévoué, a été grièvement blessé le 13 avril 1917 par éclat d’obus comme servant de pièce pendant l’exécution d’un tir sous le feu de l’ennemi ; s’était déjà distingué par sa belle conduite le 21 avril 1917.

Sources

http://www.archives.yvelines.fr/ _ Fiche matricule d'Edouard Léon Giboury