LAMBERT Louis : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
(Etat civil)
(references)
 
Ligne 28 : Ligne 28 :
 
Archives municipales de Conflans<br>
 
Archives municipales de Conflans<br>
 
Livre d'Or d'une école primaire, Pages vécues de la Grande Guerre, Eugène CHABROT, 1922.
 
Livre d'Or d'une école primaire, Pages vécues de la Grande Guerre, Eugène CHABROT, 1922.
===references===
+
===Références===
  
 
[[catégorie:Personnages]]
 
[[catégorie:Personnages]]

Version actuelle datée du 16 mars 2018 à 16:06

Louis Lambert est un soldat conflanais "mort pour la France" dans la Somme en 1916.

Etat civil

Louis Modeste Lambert est né le 12 juin 1888 à Conflans-Sainte-Honorine [1], de Louis Prudent, cultivateur au hameau de Chennevières et Aimée Modestine dite Madeleine Deschamps, nourrice.
Il est décédé le 22 février 1916 dans l'ambulance 3/3 à Hangest, dans la Somme en Picardie, à l’âge de 28 ans.
Lors de son recrutement, il est employé de commerce et est domicilié chez ses parents à Conflans, 49, rue de Chennevières. Le 3 février 1912 à Conflans-Sainte-Honorine durant la Grande Guerre, devenu manutentionnaire, il se marie avec Fernande Marguerite Blesteau, teinturière. Celle-ci meurt l'année suivante, deux semaines après la naissance de leur fils unique Georges Paul Prudent qui lui aussi mourra à Conflans le 6 septembre 1913.
Il est le frère d'Henri et Léon Lambert, tués à l'ennemi. Il est le cousin issu de germain des soldats LAMBERT Pierre et LAMBERT Paul.

Renseignements militaires

Classe : 1908
Matricule : 2495
Bureau de recrutement : Versailles[2]
Il est incorporé au 41e régiment d'infanterie.

Etats de service

Le 3 août 1914, il est mobilisé et est incorporé au 28e régiment d'infanterie. [3]

Il est nommé sergent.

Le 21 février 1916, le 28e RI va connaître l'un des jours les plus sombres de son histoire.
Les Allemands dirigent plusieurs vagues de gaz sur les tranchées occupées par la 11e Brigade, sur le secteur Méharicourt/Maucourt/Fouquescourt.. Les hommes, surpris dans leur sommeil, vont vivre le pire cauchemard de la guerre chimique.
Il meurt des suites le lendemain, 22 février [4] dans l'ambulance 3/3, à 13 heures des suites d'intoxication par les gaz d'asphyxie [5] [6].
Son nom est honoré au monument aux morts de Conflans.
Son nom figure sur le Livre d'or de Conflans-Sainte-Honorine [7] et sur le Monument aux morts de Conflans-Sainte-Honorine.

Notes et références

Archives municipales de Conflans
Livre d'Or d'une école primaire, Pages vécues de la Grande Guerre, Eugène CHABROT, 1922.

Références