La Famille DAREAU d'Orgerus

De Le Wiki de la Grande Guerre
Révision datée du 18 novembre 2015 à 19:40 par RIVIERE NOELLE (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

C’est vraisemblablement vers la fin des années 1860, que Jacques Lucien Dareau et son épouse Anastasie s’installent à Orgerus, puisque Joseph est né à Dreux en 1862 et Victor Alexandre à Orgerus en 1867. Lors du recensement de la population d’Orgerus en 1872, la famille est installée au Moutier et Jacques Lucien est journalier. A la veille de la guerre, lors du recensement de la population de 1911, on retrouve certains membres de la famille.

Au centre d’Orgerus : Zacharie, maçon chez Marigny et sa femme avec leurs enfants Eugène (1884) et Suzanne (1894). Au Moutier : Léon qui s’est installé maçon et sa femme Louise. Victor et sa femme Eglantine, ainsi que leur fils Julien (1894). Victor et Julien sont tous deux maçons chez Asselin. Emilien, fils de Léon, et sa femme Berthe ainsi que leur fille Reine (1909). Emilien est maçon et travaille chez son père. Derrière le Parc : Modeste Louis (1886), fils de Louis Zacharie, et sa femme Valentine. Modeste est également maçon chez Marigny.


Modeste, comme ses cousins est appelé et arrive au 23ème régiment d’infanterie coloniale le 4 août 1914. Il est blessé à la cuisse gauche dès le 29 septembre 1914 à Chuignolles dans la Somme où il doit être amputé. Il est décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre : «bon soldat, énergique, grièvement blessé le 29 septembre 1914, a été amputé de la jambe gauche». Une cérémonie patriotique et fête civique est organisée par la municipalité d’Orgerus le dimanche 8 août 1915 devant la mairie, dont un compte rendu est retranscrit dans le registre du conseil municipal de l’époque. Le maire, Albéric Legendre, indique dans son discours : « que les non-combattants et les jeunes générations n’oublient jamais tout ce que nous devons à nos braves soldats, qu’ils honorent et considèrent les mutilés de la guerre, qu’ils leur témoignent des sentiments de reconnaissance et de bienveillance, qu’ils honorent enfin tous nos combattants qui sacrifient leur vie pour l’intégrité de la patrie, la défense du droit, notre indépendance, nos libertés ... » Modeste est devenu par la suite le garde champêtre d’Orgerus. Une partie de la descendance de la famille Dareau est toujours à Orgerus

Modeste DAREAU

Source : Petit Echo d'Orgerus (PEO) hors série de novembre 2015 http://www.orgerus.fr/vie-locale/peo/hors-serie/