La bataille du 25 septembre 1915, Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng, huile sur toile conservée à Courgent : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
(Page créée avec « ==Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng== ===Un instantané à l’huile sur toile=== Offert à la commune de Courgen... »)
 
(Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng)
Ligne 1 : Ligne 1 :
==Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng==
+
==Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng, huile sur toile conservée à Courgent==
  
 
===Un instantané à l’huile sur toile===
 
===Un instantané à l’huile sur toile===

Version du 3 mars 2015 à 15:26

Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng, huile sur toile conservée à Courgent

Un instantané à l’huile sur toile

Offert à la commune de Courgent par le peintre François Flameng, ce tableau représentant une bataille de la Première Guerre mondiale, a bénéficié, en ce début d’année 2015, d’une restauration. Inscrit au titre des monuments historiques depuis 2007, il interpelle le spectateur par son réalisme et sa précision.

Cette scène d’attaque, dont le plan se resserre sur une tranchée allemande prise, est représentée de manière instantanée. Au premier plan, les soldats français pénètrent fièrement à l’intérieur de la tranchée couteaux et baïonnettes à la main. Des cadavres jonchent le sol. Certains soldats allemands continuent de se défendre et de tirer pendant que d’autres se rendent. La rougeur de l’arrière-plan et l’épaisse fumée grise laissent supposer une bataille s’étendant sur plusieurs kilomètres. Le ciel bleu du matin (il est 9h30 lors de l’attaque) n’est presque plus perceptible, tout comme les silhouettes des soldats à l’arrière. Certains soldats regardent directement le spectateur, comme cet allemand se trouvant dans l’abri en bas à droite par exemple, caché par les mains levées de son camarade. Une chaise semble errer au milieu de la scène, rappelant probablement la vie quotidienne dans les tranchées. Parmi les soldats français, trois habitants de Courgent seraient représentés, Emile, Léon et Lucien Lassalle