La bataille du 25 septembre 1915, Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng, huile sur toile conservée à Courgent : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
(Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng)
Ligne 5 : Ligne 5 :
  
 
Cette scène d’attaque, dont le plan se resserre sur une tranchée allemande prise, est représentée de manière instantanée. Au premier plan, les soldats français pénètrent fièrement à l’intérieur de la tranchée couteaux et baïonnettes à la main. Des cadavres jonchent le sol. Certains soldats allemands continuent de se défendre et de tirer pendant que d’autres se rendent. La rougeur de l’arrière-plan et l’épaisse fumée grise laissent supposer une bataille s’étendant sur plusieurs kilomètres. Le ciel bleu du matin (il est 9h30 lors de l’attaque) n’est presque plus perceptible, tout comme les silhouettes des soldats à l’arrière. Certains soldats regardent directement le spectateur, comme cet allemand se trouvant dans l’abri en bas à droite par exemple, caché par les mains levées de son camarade. Une chaise semble errer au milieu de la scène, rappelant probablement la vie quotidienne dans les tranchées. Parmi les soldats français, trois habitants de Courgent seraient représentés, Emile, Léon et Lucien Lassalle
 
Cette scène d’attaque, dont le plan se resserre sur une tranchée allemande prise, est représentée de manière instantanée. Au premier plan, les soldats français pénètrent fièrement à l’intérieur de la tranchée couteaux et baïonnettes à la main. Des cadavres jonchent le sol. Certains soldats allemands continuent de se défendre et de tirer pendant que d’autres se rendent. La rougeur de l’arrière-plan et l’épaisse fumée grise laissent supposer une bataille s’étendant sur plusieurs kilomètres. Le ciel bleu du matin (il est 9h30 lors de l’attaque) n’est presque plus perceptible, tout comme les silhouettes des soldats à l’arrière. Certains soldats regardent directement le spectateur, comme cet allemand se trouvant dans l’abri en bas à droite par exemple, caché par les mains levées de son camarade. Une chaise semble errer au milieu de la scène, rappelant probablement la vie quotidienne dans les tranchées. Parmi les soldats français, trois habitants de Courgent seraient représentés, Emile, Léon et Lucien Lassalle
 +
 +
===La restauration===
 +
En janvier, le tableau a intégré l’atelier de restauration des œuvres d’art du service patrimoine, dans les locaux de Montigny-le-Bretonneux, en vue d’une intervention axée principalement sur la couche picturale : celle-ci a été nettoyée et le vernis jauni a été enlevé/allégé, ce qui a permis de découvrir les talents de coloriste du peintre. Un autre vernis a été appliqué sur la couche picturale afin de la protéger. L’intervention a également porté sur le support avec la mise en place de bandes destinées à retendre la toile. Des retouches ont été effectuées pour combler les manques de matière picturale due à ce problème de tension et une toile de protection a été installée à l’arrière du tableau. Enfin, concernant le cadre, les assemblages ont été vérifiés, puis les dorures reprises.
 +
Au cours de l’opération, la restauratrice a découvert, au dos du châssis, quatre étiquettes relatives au transport de l’œuvre, ou tout au moins de son châssis. En effet, les tableaux voyagent souvent démontés, la toile étant décrochée du châssis puis roulée. Deux hypothèses peuvent donc être avancées : le châssis est plus ancien et a été récupéré par le peintre, ou bien le châssis a bien été commandé pour cette toile à la maison Binant, marchand de couleurs, de fournitures et de toiles, située à Paris. La toile semble avoir été clouée à deux reprises. Il est donc probable qu’elle n’ait pas été initialement peinte sur son châssis actuel. De plus, on remarque que ce même châssis a été agrandi pour s’adapter au cadre.
 +
 +
===Le travail du peintre===
 +
François Flameng est né le 6 décembre 1856 et mort le 28 février 1923, à Paris. Peintre, graveur et illustrateur, il est le fils de l’artiste Léopold Flameng et l’élève d’Alexandre Cabanel, de Pierre Hédouin et de Jean-Paul Laurens à l’Académie des Beaux-Arts de Paris, où il devient à son tour professeur en 1905. Dès 1873, il expose au Salon des Artistes Français, où il est récompensé à plusieurs reprises par la suite. Réputé pour ses portraits mondains, il peint également des tableaux historiques, tel que Vive l’Empereur en 1896, qui représente la bataille de Waterloo. Il est en effet un artiste privilégié sous Napoléon III, reconnu comme peintre officiel (par ses qualités de membre de l’Institut et de professeur).
 +
Flameng reçoit également de nombreuses commandes publiques parmi lesquelles le décor de l’escalier de la Sorbonne, de la salle Favart de l’Opéra-Comique, un tableau (Eylau) pour l’Assemblée Nationale, une toile marouflée pour la Gare de Lyon ou encore le décor du salon d’honneur de l’Hôtel des Invalides.
 +
En 1912, il est élu maire de Courgent, commune où est inhumé son père (et lui-même par la suite). Son mandat s’achève en 1917. Durant cette période, il vit dans une demeure néo-classique, appelée « le pavillon », dans laquelle se trouve un atelier de peinture. Flameng se marie tardivement et a au moins un fils, engagé volontaire dans le 28e RI durant la Grande Guerre.
 +
 +
Dès 1914, les missions de peintres aux armées sont mises en place par le ministère de la Guerre. Gérées et organisées par le musée de l’armée, elles seraient le résultat de demandes des artistes eux-mêmes, regroupés dès 1913 dans la Société des peintres militaires, dont le président d’honneur est Flameng. Cette société, qui a pour but d’éviter la disparition du genre militaire en matière de peinture, voit le jour dans un contexte déjà assombri par les relations entre la France et l’Allemagne. Non mobilisés (à cause de leur âge notamment), ces artistes sont des volontaires et ont bien souvent des liens avec le milieu militaire. C’est donc avec un esprit patriotique et un désir de participer à l’effort de guerre que ces peintres vont exercer leur art. François Flameng fait partie des premiers voyages et part pour Reims, le 15 décembre 1914, avec Félix-Joseph Bouchor et Henry Jacquier. Il bénéficie ensuite d’un chauffeur et d’une voiture en permanence. Il ne cesse de se déplacer durant les quatre années de guerre. Sur place, il réalise de nombreux croquis (plus de 200), qu’il reprend ensuite sur toile, à son retour dans son atelier. La majorité de ces croquis montrent l’arrière front et les ruines. Véritables « œuvres de reportage », publiées dans le journal L’Illustration, elles sont ensuite retravaillées par le peintre. C’est le cas pour ce tableau, qui comporte des éléments forts rassemblés dans une même composition. Ces images rapportées par Flameng visent à rassurer la population en montrant les victoires de l’armée française. On y perçoit, en filigrane, une certaine forme de violence et même s’il n’hésite pas à représenter des soldats morts, ceux-ci sont toujours allemands.
 +
Dans la réalité, la deuxième bataille de Champagne se caractérise par de faibles gains territoriaux et un nombre plus important de pertes humaines côté français. La première ligne allemande est effectivement prise comme le figure le tableau, contrairement à la seconde qui ne l’est pas.
 +
En mai-juin 1918, une exposition « au profit des œuvres de guerre » est organisée au Petit Palais. Cette œuvre y est exposée avec deux autres de Flameng : un portrait de femme et Le Sauveur. Le sous-titre donné à cette dernière, « Avec son sang par son martyre et son héroïsme, le poilu, nouveau rédempteur, aura racheté et sauvé l’humanité pour la deuxième fois », confirme la composition symbolique choisie par le peintre pour ce tableau, celle d’une descente de croix. Ce tableau figure un blessé secouru par trois autres soldats.
 +
A la fin du mois de février, le tableau figurant la bataille du 25 septembre 1915, qui peut être vu comme un monument aux morts ou un mémorial, retrouvera sa place dans la salle du conseil de la mairie de Courgent.

Version du 3 mars 2015 à 15:30

Prise de la tranchée allemande devant Perthes (9 heures 30 du matin) de François Flameng, huile sur toile conservée à Courgent

Un instantané à l’huile sur toile

Offert à la commune de Courgent par le peintre François Flameng, ce tableau représentant une bataille de la Première Guerre mondiale, a bénéficié, en ce début d’année 2015, d’une restauration. Inscrit au titre des monuments historiques depuis 2007, il interpelle le spectateur par son réalisme et sa précision.

Cette scène d’attaque, dont le plan se resserre sur une tranchée allemande prise, est représentée de manière instantanée. Au premier plan, les soldats français pénètrent fièrement à l’intérieur de la tranchée couteaux et baïonnettes à la main. Des cadavres jonchent le sol. Certains soldats allemands continuent de se défendre et de tirer pendant que d’autres se rendent. La rougeur de l’arrière-plan et l’épaisse fumée grise laissent supposer une bataille s’étendant sur plusieurs kilomètres. Le ciel bleu du matin (il est 9h30 lors de l’attaque) n’est presque plus perceptible, tout comme les silhouettes des soldats à l’arrière. Certains soldats regardent directement le spectateur, comme cet allemand se trouvant dans l’abri en bas à droite par exemple, caché par les mains levées de son camarade. Une chaise semble errer au milieu de la scène, rappelant probablement la vie quotidienne dans les tranchées. Parmi les soldats français, trois habitants de Courgent seraient représentés, Emile, Léon et Lucien Lassalle

La restauration

En janvier, le tableau a intégré l’atelier de restauration des œuvres d’art du service patrimoine, dans les locaux de Montigny-le-Bretonneux, en vue d’une intervention axée principalement sur la couche picturale : celle-ci a été nettoyée et le vernis jauni a été enlevé/allégé, ce qui a permis de découvrir les talents de coloriste du peintre. Un autre vernis a été appliqué sur la couche picturale afin de la protéger. L’intervention a également porté sur le support avec la mise en place de bandes destinées à retendre la toile. Des retouches ont été effectuées pour combler les manques de matière picturale due à ce problème de tension et une toile de protection a été installée à l’arrière du tableau. Enfin, concernant le cadre, les assemblages ont été vérifiés, puis les dorures reprises. Au cours de l’opération, la restauratrice a découvert, au dos du châssis, quatre étiquettes relatives au transport de l’œuvre, ou tout au moins de son châssis. En effet, les tableaux voyagent souvent démontés, la toile étant décrochée du châssis puis roulée. Deux hypothèses peuvent donc être avancées : le châssis est plus ancien et a été récupéré par le peintre, ou bien le châssis a bien été commandé pour cette toile à la maison Binant, marchand de couleurs, de fournitures et de toiles, située à Paris. La toile semble avoir été clouée à deux reprises. Il est donc probable qu’elle n’ait pas été initialement peinte sur son châssis actuel. De plus, on remarque que ce même châssis a été agrandi pour s’adapter au cadre.

Le travail du peintre

François Flameng est né le 6 décembre 1856 et mort le 28 février 1923, à Paris. Peintre, graveur et illustrateur, il est le fils de l’artiste Léopold Flameng et l’élève d’Alexandre Cabanel, de Pierre Hédouin et de Jean-Paul Laurens à l’Académie des Beaux-Arts de Paris, où il devient à son tour professeur en 1905. Dès 1873, il expose au Salon des Artistes Français, où il est récompensé à plusieurs reprises par la suite. Réputé pour ses portraits mondains, il peint également des tableaux historiques, tel que Vive l’Empereur en 1896, qui représente la bataille de Waterloo. Il est en effet un artiste privilégié sous Napoléon III, reconnu comme peintre officiel (par ses qualités de membre de l’Institut et de professeur). Flameng reçoit également de nombreuses commandes publiques parmi lesquelles le décor de l’escalier de la Sorbonne, de la salle Favart de l’Opéra-Comique, un tableau (Eylau) pour l’Assemblée Nationale, une toile marouflée pour la Gare de Lyon ou encore le décor du salon d’honneur de l’Hôtel des Invalides. En 1912, il est élu maire de Courgent, commune où est inhumé son père (et lui-même par la suite). Son mandat s’achève en 1917. Durant cette période, il vit dans une demeure néo-classique, appelée « le pavillon », dans laquelle se trouve un atelier de peinture. Flameng se marie tardivement et a au moins un fils, engagé volontaire dans le 28e RI durant la Grande Guerre.

Dès 1914, les missions de peintres aux armées sont mises en place par le ministère de la Guerre. Gérées et organisées par le musée de l’armée, elles seraient le résultat de demandes des artistes eux-mêmes, regroupés dès 1913 dans la Société des peintres militaires, dont le président d’honneur est Flameng. Cette société, qui a pour but d’éviter la disparition du genre militaire en matière de peinture, voit le jour dans un contexte déjà assombri par les relations entre la France et l’Allemagne. Non mobilisés (à cause de leur âge notamment), ces artistes sont des volontaires et ont bien souvent des liens avec le milieu militaire. C’est donc avec un esprit patriotique et un désir de participer à l’effort de guerre que ces peintres vont exercer leur art. François Flameng fait partie des premiers voyages et part pour Reims, le 15 décembre 1914, avec Félix-Joseph Bouchor et Henry Jacquier. Il bénéficie ensuite d’un chauffeur et d’une voiture en permanence. Il ne cesse de se déplacer durant les quatre années de guerre. Sur place, il réalise de nombreux croquis (plus de 200), qu’il reprend ensuite sur toile, à son retour dans son atelier. La majorité de ces croquis montrent l’arrière front et les ruines. Véritables « œuvres de reportage », publiées dans le journal L’Illustration, elles sont ensuite retravaillées par le peintre. C’est le cas pour ce tableau, qui comporte des éléments forts rassemblés dans une même composition. Ces images rapportées par Flameng visent à rassurer la population en montrant les victoires de l’armée française. On y perçoit, en filigrane, une certaine forme de violence et même s’il n’hésite pas à représenter des soldats morts, ceux-ci sont toujours allemands. Dans la réalité, la deuxième bataille de Champagne se caractérise par de faibles gains territoriaux et un nombre plus important de pertes humaines côté français. La première ligne allemande est effectivement prise comme le figure le tableau, contrairement à la seconde qui ne l’est pas. En mai-juin 1918, une exposition « au profit des œuvres de guerre » est organisée au Petit Palais. Cette œuvre y est exposée avec deux autres de Flameng : un portrait de femme et Le Sauveur. Le sous-titre donné à cette dernière, « Avec son sang par son martyre et son héroïsme, le poilu, nouveau rédempteur, aura racheté et sauvé l’humanité pour la deuxième fois », confirme la composition symbolique choisie par le peintre pour ce tableau, celle d’une descente de croix. Ce tableau figure un blessé secouru par trois autres soldats. A la fin du mois de février, le tableau figurant la bataille du 25 septembre 1915, qui peut être vu comme un monument aux morts ou un mémorial, retrouvera sa place dans la salle du conseil de la mairie de Courgent.