Monument aux morts de Marcq : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
m
m
 
(3 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
  
 
== Histoire ==
 
== Histoire ==
La décision d'ériger un monument aux morts est prise lors de la séance du conseil municipal du 17 janvier 1920<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0054d1e7d502947/54d1e7d592c5e Registre des délibérations du Conseil Municipal de Marcq 1907-1928, Archives départementales]</ref>. Suite à la réception de la circulaire préfectorale du 16 janvier 1920 concernant le subventionnement de telles initiatives, les conseillers décident d'allouer une somme de 500 francs à sa construction. Une souscription communale est également ouverte. Elle rapportera 1484 francs 50 centimes. Enfin, 327,50 frcs seront prélevés sur le budget prévu au traitement de la secrétaire de mairie. En effet, pendant un trimestre la commune s'était retrouvée sans secrétaire. Le sculpteur Charles Henri Pourquet (1877-1943) est choisi pour sa création lors du conseil municipal du 31 décembre 1920<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0054d1e7d502947/54d1e7d5a6fd3 Registre des délibérations du Conseil Municipal de Marcq, 1907-1928, Archives départementales]</ref>. Cet artiste fut l'auteur de nombreux monuments <ref>[http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/auteur/173/pourquetcharles-henri/?elm=1 Fiche de H.Ch Pourquet sur le site Monument aux Morts de l'université Lille 3]</ref> <br />
+
La décision d'ériger un monument aux morts est prise lors de la séance du conseil municipal du 17 janvier 1920<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0054d1e7d502947/54d1e7d592c5e Registre des délibérations du Conseil Municipal de Marcq 1907-1928, Archives départementales]</ref>. Suite à la réception de la circulaire préfectorale du 16 janvier 1920 concernant le subventionnement de telles initiatives, les conseillers décident d'allouer une somme de 500 francs à sa construction. Une souscription communale est également ouverte. Elle rapportera 1484 francs 50 centimes. Enfin, 327,50 frcs seront prélevés sur le budget prévu au traitement de la secrétaire de mairie. En effet, pendant un trimestre la commune s'était retrouvée sans secrétaire. <br />
Un comité composé de Eugène Hérard, de Georges Moutier, d'Emile Renoult et de Narcisse Delarue est chargé de veiller à l'exécution.  
+
Un comité composé de Eugène Hérard, de Georges Moutier, d'Emile Renoult et de Narcisse Delarue est chargé de veiller à l'exécution. Le sculpteur Charles Henri Pourquet (1877-1943) est choisi pour sa création lors du conseil municipal du 31 décembre 1920<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0054d1e7d502947/54d1e7d5a6fd3 Registre des délibérations du Conseil Municipal de Marcq, 1907-1928, Archives départementales]</ref>. Cet artiste fut l'auteur de nombreux monuments <ref>[http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/auteur/173/pourquetcharles-henri/?elm=1 Fiche de H.Ch Pourquet sur le site Monument aux Morts de l'université Lille 3]</ref>, prenant souvent la forme d'une statue sur piédestal. Cette stèle semble être unique dans ses réalisations. <br />
Les plans et devis seront acceptés le 13 mars 1921 et le 26 mars 1921.  
 
  
Dans une lettre datée du 25 décembre 1920, H. Ch. Pourquet s'engage à livrer le monument pour le 15 mai<ref>Lettre de M. Pourquet au maire de Marcq, 25 décembre 1920, Archives départementales, 2 O 143-2</ref>.  
+
Les plans et devis seront acceptés le 13 mars 1921 et le 26 mars 1921. Dans une lettre datée du 25 décembre 1920, H. Ch. Pourquet s'engage à livrer le monument pour le 15 mai<ref>Lettre de M. Pourquet au maire de Marcq, 25 décembre 1920, Archives départementales, 2 O 143-2</ref>. L'inauguration aura donc eu lieu en 1921, au printemps.
 
   
 
   
  
  
 
== Description ==
 
== Description ==
La signature "H. Ch. Pourquet, Paris, 1921" est apparente en bas à droite du monument.
 
  
Relativement dépouillé, il met en scène, sous un fronton, la France représentée comme une femme ailée coiffée d'un bonnet phrygien. Elle étend, tel un dais, une guirlande de fleurs au dessus des noms des disparus.  
+
Relativement dépouillée, la stèle met en scène, dans un décor architectural, une femme ailée coiffée d'un bonnet phrygien. La France victorieuse et libre étend, tel un dais protecteur, une guirlande de fleurs au dessus des noms des disparus.
 +
<br />
 +
La signature "H. Ch. Pourquet, Paris, 1921" est apparente en bas à droite du monument.
  
 
== Liste des morts pour la France ==
 
== Liste des morts pour la France ==
Ligne 25 : Ligne 25 :
 
[[CHOURLET, Georges | Chourlet Georges]] <br />
 
[[CHOURLET, Georges | Chourlet Georges]] <br />
  
Chourlet Lucien Marie<br />
+
[[CHOURLET, Lucien | Chourlet Lucien Marie]]<br />
  
Lebas Hilaire<br />
+
[[LEBAS, Hilaire |Lebas Hilaire]]<br />
  
 
Leroy Ernest<br />
 
Leroy Ernest<br />
  
Macey Amédée<br />
+
[[MACEY, Amédée | Macey Amédée]]<br />
  
 
Petit Charles<br />
 
Petit Charles<br />
  
Rebière Marcel Théophile<br />
+
[[REBIERRE, Marcel |Rebierre Marcel Théophile]]<br />
  
 
Verger Adolphe<br />
 
Verger Adolphe<br />
Ligne 51 : Ligne 51 :
  
 
Méry A.
 
Méry A.
 +
 
== Références et sources ==
 
== Références et sources ==
 
<references>
 
<references>

Version actuelle datée du 12 novembre 2015 à 14:33

Monument aux morts de Marcq

Le souvenir des hommes de la commune décédés lors du conflit 14-18 est honoré par le monument aux morts, érigé devant la mairie et par une Plaque commémorative de l'église de Marcq, apposée au mur de l'Eglise.

Histoire

La décision d'ériger un monument aux morts est prise lors de la séance du conseil municipal du 17 janvier 1920[1]. Suite à la réception de la circulaire préfectorale du 16 janvier 1920 concernant le subventionnement de telles initiatives, les conseillers décident d'allouer une somme de 500 francs à sa construction. Une souscription communale est également ouverte. Elle rapportera 1484 francs 50 centimes. Enfin, 327,50 frcs seront prélevés sur le budget prévu au traitement de la secrétaire de mairie. En effet, pendant un trimestre la commune s'était retrouvée sans secrétaire.
Un comité composé de Eugène Hérard, de Georges Moutier, d'Emile Renoult et de Narcisse Delarue est chargé de veiller à l'exécution. Le sculpteur Charles Henri Pourquet (1877-1943) est choisi pour sa création lors du conseil municipal du 31 décembre 1920[2]. Cet artiste fut l'auteur de nombreux monuments [3], prenant souvent la forme d'une statue sur piédestal. Cette stèle semble être unique dans ses réalisations.

Les plans et devis seront acceptés le 13 mars 1921 et le 26 mars 1921. Dans une lettre datée du 25 décembre 1920, H. Ch. Pourquet s'engage à livrer le monument pour le 15 mai[4]. L'inauguration aura donc eu lieu en 1921, au printemps.


Description

Relativement dépouillée, la stèle met en scène, dans un décor architectural, une femme ailée coiffée d'un bonnet phrygien. La France victorieuse et libre étend, tel un dais protecteur, une guirlande de fleurs au dessus des noms des disparus.
La signature "H. Ch. Pourquet, Paris, 1921" est apparente en bas à droite du monument.

Liste des morts pour la France

La mémoire de 12 marcquois décédés lors du conflit 1914-1918 y est honorée :

Bellanger Albert Jules

Cadot Eugène Louis

Chourlet Georges

Chourlet Lucien Marie

Lebas Hilaire

Leroy Ernest

Macey Amédée

Petit Charles

Rebierre Marcel Théophile

Verger Adolphe

Goix Léon Paul

Riquier Louis

Après la seconde Guerre Mondiale, les 3 noms vinrent s'y ajouter :
Hamon M.

Jannot A.

Méry A.

Références et sources

<references>