REBIERRE, Marcel

De Le Wiki de la Grande Guerre
Révision datée du 12 novembre 2015 à 14:32 par ACeconi (discussion | contributions) (Page créée avec « == La vie avant la mobilisation == Marcel Théophile Rebierre est né à Marcq le 11 juillet 1891<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053e38154ab527/53e38155f230... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

La vie avant la mobilisation

Marcel Théophile Rebierre est né à Marcq le 11 juillet 1891[1]. Il est fils de l’instituteur et maire du village Gabriel Théophile et de Louise Marie Sieurin. Le couple eut 13 enfants, nés à Marcq entre 1883 et 1899, puis à Athis-Mons (Essonne). Marcel est le sixième de la fratrie. Ses deux frères aînés, Léon[2] (né en 1884) et André[3] (né en 1886), firent la guerre et revinrent en vie, André avec une Croix de guerre.

Les 3 frères sont domiciliés à Athis-Mons (Essonne) au moment de leur inscription sur le registre d’incorporation militaire.

Parcours militaire

Appartenant à la classe 1912, Marcel est affecté au 82ème régiment d’infanterie au début des hostilités. La mobilisation les trouve en casernement à Troyes et Montargis. Le régiment rejoint le front dès les premiers jours de la mobilisation. Le 82ème incorpore le 5ème corps d’armée composant le 3ème armée. Celle-ci essuie les premiers revers des alliées contre les troupes allemandes. Les armées franco-britanniques se replient fin août. Le 5 septembre, commence la bataille de la Marne. Le 6 septembre, le 82ème essuie de grosses pertes en restant campé sur ses positions tandis que l’armée allemande avance : « L’ordre est de tenir à tout prix[4] ». Le journal de marche ne tient pas le compte des morts et des disparus trop nombreux, il mentionne : « Pertes effroyables ». C’est lors de cette journée que Marcel Rebierre trouve la mort.


Le nom de Marcel Rebierre est inscrit sur les monuments aux morts de Marcq (son village natal) et d’Athis-Mont (dernière résidence).

Notes et références