Saint-Nom-la-Bretèche au sortir de la Guerre : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
Ligne 65 : Ligne 65 :
 
| Suresnes || 2
 
| Suresnes || 2
 
|}
 
|}
 +
 +
= Le Conseil municipal d’après guerre =
 +
 +
Les élections municipales qui auraient dû se tenir en 1918 sont, par la force des choses, reportées en novembre et décembre de l’année suivante.
 +
 +
On assiste à un renouvellement des édiles, seulement cinq sortants participent au nouveau Conseil. Et le nouveau maire et son adjoint ne siégeaient pas en 1912.
 +
 +
Jules FLÉ, fermier à la ferme de Saint-Nom, est élu maire avec 8 voix sur 12, en remplacement d’Émile DREYFUS qui n’en obtient que 4.
 +
 +
Son adjoint Gustave OZANNE, ancien épicier, est élu par 9 voix sur 12.
 +
 +
Le nouveau maire a recueilli dans les urnes le plus grand nombre de voix (130).
  
 
<br />
 
<br />

Version du 2 août 2015 à 10:17

Évolution de la population[1]

D'après les listes nominatives des dénombrements de populations

En 10 années, de 1911 à 1921, la population du village est profondément transformée. Elle passe de 649 âmes à 618, soit un déficit de 5% qui cache un très fort renouvellement.

Population Hommes Femmes TOTAUX
en 1911 336 313 649
en 1921 304 314 618

En effet, l’on compte 270 personnes présentes avant et après guerre, soit seulement 41% des villageois recensés en 1911 !

Ce faible taux s’explique par les décès et les départs consécutifs aux mariages, mais aussi par la mobilité des nombreux journaliers travaillant souvent dans les fermes (24% de journaliers dans la population active : 76 en 1911 et 88 en 1921).

La pyramide des âges fait apparaître en 1921 un net déficit parmi les plus jeunes. La cause est évidemment liée au trop long conflit : soldats morts au combat et baisse de la natalité. En conséquence, l’âge moyen des hommes augmente de 5 ans tandis que celui des femmes reste stable.

Les Métiers

La population active

On observe un bouleversement dans la population active telle que déclarée lors des dénombrements de population. Les actifs augmentent de 317 à 367 malgré la baisse significative de la population ; le taux d’activité croît ainsi de 49% à 59%.

Si le nombre d’hommes actifs reste stable, celui des femmes actives explose comme l’indiquent le tableau et les deux graphiques ci-dessous.

D'après les listes nominatives des dénombrements de populations
Nombre d'actifs Hommes Femmes TOTAUX
en 1911 228 89 317
en 1921 227 140 367

Apparaissent également de nouveaux métiers :

  • • agent d’affaires, courtier, employé aux écritures, tourneur, fraiseur, mécanicien, plombier, horloger, marbrier ;
  • • brodeuse, repasseuse.

D’autres se multiplient comme employé de chemin de fer ou sténodactylo.

Lieux d’exercice des métiers

Après guerre, 66 personnes travaillent hors du village, contre 27 précédemment (18% des actifs contre 9%).

Paris exerce une forte attractivité en offrant nombre de métiers non ruraux, de même que Saint-Germain. Quant aux communes limitrophes, Villepreux mis à part, elles attirent peu nos ancêtres.

Lieu Nombre d'emplois
Paris 21
Saint-Germain 12
Saint-Cloud 5
Villepreux 4
Clamart 3
Suresnes 2

Le Conseil municipal d’après guerre

Les élections municipales qui auraient dû se tenir en 1918 sont, par la force des choses, reportées en novembre et décembre de l’année suivante.

On assiste à un renouvellement des édiles, seulement cinq sortants participent au nouveau Conseil. Et le nouveau maire et son adjoint ne siégeaient pas en 1912.

Jules FLÉ, fermier à la ferme de Saint-Nom, est élu maire avec 8 voix sur 12, en remplacement d’Émile DREYFUS qui n’en obtient que 4.

Son adjoint Gustave OZANNE, ancien épicier, est élu par 9 voix sur 12.

Le nouveau maire a recueilli dans les urnes le plus grand nombre de voix (130).


Références

  1. Listes nominatives des dénombrements de populations, AC Saint-Nom-la-Bretèche



Téléchargez cet article au format PDF
Bachmann (discussion) 1er août 2015 à 11:08 (CEST) Les Amis de Saint Nom la Bretêche