CHABROT, Eugène

De Le Wiki de la Grande Guerre
Révision datée du 13 novembre 2015 à 22:58 par Cendrine (discussion | contributions) (relecture)

Charles Eugène Chabrot dit Eugène Chabrot, né le 1er mai 1860 à Chanteloup-Les-Vignes[1], et décédé le 6 septembre 1931 à Boinville-en-Mantois, à l’âge de 71 ans, est un officier de l'Instruction publique (instituteur et directeur des écoles de Conflans-Sainte-Honorine) qui a exercé ses fonctions de 1884 à 1917.

Famille

Eugène Chabrot est le fils de Charles Joseph Chabrot, cordonnier et de Joséphine Bassier.

Il s'est marié avec Marie Émélie Adélaïde Cornu le 9 avril 1885 à Boinville-en-Mantois[2].

Le couple demeure avec leur unique fils, à la mairie, rue de l'Hôtel-de-Ville où se trouve l'école[3].

Eugène Chabrot en 1907

Carrière d'instituteur

En 1880, il enseigne à Sartrouville et de ce fait, est dispensé de ses obligations militaires[4]. Il exerce son métier d'instituteur à Conflans-Sainte-Honorine de 1884 à 1917, tout d'abord à l'école située sur l'actuelle place Fouillère, puis à partir de 1896 dans le bâtiment neuf situé derrière la mairie dont il supervisa les travaux en tant que secrétaire de mairie.

En 1899, il rédige la monographie sur la ville de Conflans-Sainte-Honorine à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900[5].

La mairie et les écoles de Conflans-Sainte-Honorine vers 1900.

En 1906, il publie Le lendemain de l'école à Conflans-Sainte-Honorine, 1895-1906 : deux ans en Guyane, lettres du caporal A. Delaines, de l'Infanterie de Marine à son instituteur[6].

Eugène Chabrot dans la guerre

Trop âgé pour être incorporé, il continue à enseigner et reste en contact avec ses élèves, dont son fils Charles également instituteur[7], partis au front qui lui adressent des lettres relatant leur vie dans les tranchées.

Le 25 septembre 1921, lors de l'inauguration du monument aux morts, situé au cimetière de la rue du Repos à Conflans-Sainte-Honorine, il fit l'appel des soldats morts car il avait été l'instituteur d'un grand nombre d'entre eux. A cette occasion, il publie le Livre d'Or d'une école primaire, Pages vécues de la Grande Guerre. C'est un recueil de lettres et récits écrits par ses anciens élèves partis au front. Ce livre est dédié aux 492 maîtres et anciens élèves de l'école de Conflans-Sainte-Honorine mobilisés dont 79 ne sont jamais revenus[8], Les bénéfices sont versés à la Caisse des Écoles de Conflans-Sainte-Honorine.

Après la guerre, il vit avec son épouse, rue de la Fosse du Moulin (près de l'impasse qui prendra son nom) jusqu'à son décès. En 1931, son testament est déposé chez Maître Mauduit, notaire à Conflans-Sainte-Honorine dans lequel il institue un legs en faveur d'un élève méritant désigné par ses camarades de classe[9].

Postérité

Création de l'impasse Eugène Chabrot par décision du conseil municipal de Conflans-Sainte-Honorine du 16 janvier 1932.

Sources

Notes et références