CHARLET Jean : Différence entre versions

De Le Wiki De la Grande Guerre
(Renseignements militaires)
Ligne 4 : Ligne 4 :
 
===Etat civil===
 
===Etat civil===
 
Jean, Paul Charlet est né le 25 décembre 1893 à Conflans-Sainte-Honorine, de Désiré Charlet et Léonie Eugénie Daire.<br>
 
Jean, Paul Charlet est né le 25 décembre 1893 à Conflans-Sainte-Honorine, de Désiré Charlet et Léonie Eugénie Daire.<br>
Il est décédé le 21 septembre 1918 dans l'ambulance 5/9, à la caserne de Royallieu près de Compiègne dans l'Oise en Picardie, à l’âge de 24 ans.<br>
+
Il est décédé le 21 septembre 1918 dans l'ambulance 5/59, à la caserne de Royallieu près de Compiègne dans l'Oise en Picardie, à l’âge de 24 ans.<br>
Lors de son recrutement en tant qu'engagé volontaire, il exerce la profession d'employé de commerce. Il est domicilié chez ses parents charcutiers à Conflans, rue d'Andrésy (près de la gare de Fin d'Oise).<br>
+
Lors de son recrutement en tant qu'engagé volontaire le 14 avril 1913, il exerce la profession d'employé de commerce. Il est domicilié chez ses parents charcutiers à Conflans, rue d'Andrésy (près de la gare de Fin d'Oise).<br>
  
 
===Renseignements militaires===
 
===Renseignements militaires===
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
Matricule : 5249 <br>
 
Matricule : 5249 <br>
 
Bureau de recrutement : Versailles<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053e275e479714/53e275e5e2d85 Fiche matriculaire de Jean Paul Charlet de 1912, Archives départementales ]</ref> <ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053ce4df5b4ba7/53ce4df90bb12 Fiche matriculaire de Jean Paul Charlet de 1913, Archives départementales]</ref> <br>
 
Bureau de recrutement : Versailles<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053e275e479714/53e275e5e2d85 Fiche matriculaire de Jean Paul Charlet de 1912, Archives départementales ]</ref> <ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053ce4df5b4ba7/53ce4df90bb12 Fiche matriculaire de Jean Paul Charlet de 1913, Archives départementales]</ref> <br>
Il est incorporé au 10e régiment d'infanterie<br>
+
Il est incorporé au 104e régiment d'infanterie<br>
  
 
===Etats de service===
 
===Etats de service===
 
Le 4 août 1914, il est mobilisé et rejoint le Fort de Charenton à Maisons-Alfort en Val-de-Marne pour être incorporé au 3e RAC. <ref>[http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327131j/f1.image.r=.langFR Histoire du 3e RAC]</ref> <br>
 
Le 4 août 1914, il est mobilisé et rejoint le Fort de Charenton à Maisons-Alfort en Val-de-Marne pour être incorporé au 3e RAC. <ref>[http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327131j/f1.image.r=.langFR Histoire du 3e RAC]</ref> <br>
Le 22 août 1914, il reçoit son baptême du feu à Rossignol, dans la province de Luxembourg en Belgique comme il l'écrit à son ancien instituteur. [[Eugène Chabrot]]<br>
+
Il l'écrira cinq lettres à son ancien instituteur. [[Eugène Chabrot]]<br>
 
"''Nous avançons jusqu'à Saint-Vincent sans incident, mais là ce fut le baptême, le 22 août. J'étais comme éclaireur avec mon officier observateur. Je fais partie de la reconnaissance pour trouver une position de batterie ; nous passons devant un bois et nous nous faisons canarder comme des perdrix par l'infanterie, puis, après, par l'artillerie ennemies; nous faisons aussitôt demi-tour et nous nous mettons en batterie sur la gauche du village, et, en dix minutes nous faisons sauter une batterie, mais derrière celle-ci il y en avait d'autres, et nous avons été obligés de battre en retraite jusqu'à Ecriennes-Tièblemont, arr. de Vitry-le-François (Marne)<ref>[http://1914ancien.free.fr/rossignol2.htm Déroulement de la bataille]</ref> <ref>[http://www.unc-boissire-montaigu.fr/files/Historique-Bataille-Rossignol.pdf Historique de la bataille]</ref>''"<br>
 
"''Nous avançons jusqu'à Saint-Vincent sans incident, mais là ce fut le baptême, le 22 août. J'étais comme éclaireur avec mon officier observateur. Je fais partie de la reconnaissance pour trouver une position de batterie ; nous passons devant un bois et nous nous faisons canarder comme des perdrix par l'infanterie, puis, après, par l'artillerie ennemies; nous faisons aussitôt demi-tour et nous nous mettons en batterie sur la gauche du village, et, en dix minutes nous faisons sauter une batterie, mais derrière celle-ci il y en avait d'autres, et nous avons été obligés de battre en retraite jusqu'à Ecriennes-Tièblemont, arr. de Vitry-le-François (Marne)<ref>[http://1914ancien.free.fr/rossignol2.htm Déroulement de la bataille]</ref> <ref>[http://www.unc-boissire-montaigu.fr/files/Historique-Bataille-Rossignol.pdf Historique de la bataille]</ref>''"<br>
 
[[Fichier:Carte Henri Lacroix.jpeg|400px|droite|Carte d'Henri Lacroix à son épouse]]<br>
 
[[Fichier:Carte Henri Lacroix.jpeg|400px|droite|Carte d'Henri Lacroix à son épouse]]<br>

Version du 1 mars 2018 à 17:12

Jean, Paul Charlet dit le Lieutenant Charlet est un soldat conflanais "mort pour la France" dans l'Oise en 1918.


Etat civil

Jean, Paul Charlet est né le 25 décembre 1893 à Conflans-Sainte-Honorine, de Désiré Charlet et Léonie Eugénie Daire.
Il est décédé le 21 septembre 1918 dans l'ambulance 5/59, à la caserne de Royallieu près de Compiègne dans l'Oise en Picardie, à l’âge de 24 ans.
Lors de son recrutement en tant qu'engagé volontaire le 14 avril 1913, il exerce la profession d'employé de commerce. Il est domicilié chez ses parents charcutiers à Conflans, rue d'Andrésy (près de la gare de Fin d'Oise).

Renseignements militaires

Classe : 1912
Matricule : 5249
Bureau de recrutement : Versailles[1] [2]
Il est incorporé au 104e régiment d'infanterie

Etats de service

Le 4 août 1914, il est mobilisé et rejoint le Fort de Charenton à Maisons-Alfort en Val-de-Marne pour être incorporé au 3e RAC. [3]
Il l'écrira cinq lettres à son ancien instituteur. Eugène Chabrot
"Nous avançons jusqu'à Saint-Vincent sans incident, mais là ce fut le baptême, le 22 août. J'étais comme éclaireur avec mon officier observateur. Je fais partie de la reconnaissance pour trouver une position de batterie ; nous passons devant un bois et nous nous faisons canarder comme des perdrix par l'infanterie, puis, après, par l'artillerie ennemies; nous faisons aussitôt demi-tour et nous nous mettons en batterie sur la gauche du village, et, en dix minutes nous faisons sauter une batterie, mais derrière celle-ci il y en avait d'autres, et nous avons été obligés de battre en retraite jusqu'à Ecriennes-Tièblemont, arr. de Vitry-le-François (Marne)[4] [5]"

Carte d'Henri Lacroix à son épouse


En 1915, on lui décerne la Croix de Guerre (étoile bronze et étoile vermeil).

Croix de guerre d'Henri Lacroix


Le 10 février 1916, il est nommé brigadier.
Il disparaît le 21 septembre suivant [6]
Le corps du lieutenant Charlet est inhumé dans le caveau de la famille Daire au cimetière de la rue du Repos à Conflans.
Son nom est honoré au monument aux morts de Conflans.
Son nom figure sur le Livre d'or de Conflans-Sainte-Honorine [7] et sur le Monument aux morts de Conflans-Sainte-Honorine.

Postérité

Par décision du conseil municipal de Conflans-Sainte-Honorine, il est créé une rue du Lieutenant Charlet.

Notes et références

Archives familiales de la famille Damville
Archives municipales de Conflans
Livre d'Or d'une école primaire, Pages vécues de la Grande Guerre, Eugène CHABROT, 1922.

<references>