CHARLET Jean

De Le Wiki de la Grande Guerre
Révision datée du 2 mars 2018 à 14:52 par Valeriegautier (discussion | contributions) (Etats de service)

Jean, Paul Charlet dit le Lieutenant Charlet est un soldat conflanais "mort pour la France" dans l'Oise en 1918 [1].


Etat civil

Jean Paul Charlet est né le 25 décembre 1893 à Conflans-Sainte-Honorine [2] , de Désiré Charlet et Léonie Eugénie Daire.
Il est décédé le 21 septembre 1918 dans l'ambulance 5/59, à la caserne de Royallieu près de Compiègne dans l'Oise en Picardie, à l’âge de 24 ans. [3]
Lors de son recrutement en tant qu'engagé volontaire le 14 avril 1913, il exerce la profession d'employé de commerce. Il est domicilié chez ses parents, charcutiers à Conflans, rue d'Andrésy (près de la gare de Fin d'Oise).

Renseignements militaires

Classe : 1912
Matricule : 5249
Bureau de recrutement : Versailles[4] [5]
Il est incorporé au 104e régiment d'infanterie [6].

Etats de service et distinctions

Dès le 9 novembre 1913, il est nommé caporal. Le 3 août 1914, il est promu sergent. Jean Charlet rédigera cinq lettres publiées par son ancien instituteur. Eugène Chabrot
La première retrace le terrible combat d'Ethe-lez-Virton en Belgique le 22 août 1914 où il est blessé d'une balle à l'épaule droite et d'un éclat d'obus au mollet gauche.
"Le 21 Août 1914 ... 7 heures 30 - Le capitaine m'envoie en patrouille avec six hommes. C'est mon tour... je demande des renseignements au brigadier qui me les donne et très complets. Ma mission est terminée, je rentre à la grand'garde et rends compte de ma sortie.
Nous n'avons pas encore vu d'Allemands.
Midi. - ... un ordre du général de division nous envoie en Belgique, de suite ; direction : Virton, dans le coin formé par le Luxembourg et la France.
Il est 2 heures 20... Un paysan nous dit que, hier, deux hussards, les deux frères, maréchal des logies et brigadier, ont été tués aux abords d'une ferme que l'on aperçoit d'où nous sommes. Les Prussiens, les voyant venir sur la route, ont tiré, puis se sont sauvés comme ils le font souvent.
Nous voilà repartis ; dans un champ, à droite de la route, nous apercevons, couché, un uhlan bavarois. Il a été tué il y a une heure par notre avant-garde. Je lui trouve l'air... anémique, ce qui fait rire le capitaine et change un peu les idées des hommes.
C'est le premier mort que nous voyons et cela fait une certaine impression.
J'ai omis de m'intéresser à l'éclipse de soleil qui a eu lieu vers midi.
Dans quelques instants, nous aurons passé la frontière. La droite de la route est française et la gauche, belge ; un coude : nous allons entrer sous bois, c'est la Belgique."

Le 24 décembre suivant, il devient aspirant. Il est alors cité O.R. le 23 janvier 1915 Aspirant à Ethe. Ramenant un détachement de 19 hommes dont 7 blessés et blessé lui-même d'une balle à l'épaule droite a cependant détruit une patrouille ennemie qui occupait un bois. Evacué le 31 août, a fait preuve d'une grande énergie en demandant à revenir au feu aver le 1er détachement de renfort . Cité à l'ordre du corps d'armée du 10 août 1915 A fait preuve en divers combats d'une grande bravoure. Blessé une 1ere fois le 22 août n'a été évacué que 15 jours plus tard, sur l'ordre du Médecin Major. est revenu au front à peine guéri. A été blessé une 2e fois à Pathe-les-Hurlus.
Le 27 juin 1915, il est promu sous-lieutenant à titre temporaire par décision ministérielle par application du décret du 2 juin 1915. Il passe au 406e R.I. le 17 octobre 1915 [7], puis le 19 août 1916, il passe au 24e R.I. [8]
Il est cité à l'ordre de la 133e division le décembre suivant : "Charlet Jean Paul sous-lieutenant au 24e R.I. s'est proposé pour établir la liaison entre le chef de bataillon et sa compagnie dans des circonstances particulièrement périlleuses et a très bien rempli sa mission. Ordre de la 3e armée n°486 du 7 août 1918. ordre de la 4e armée n°1077 du 14 novembre 1917. Il est promu sous-lieutenant à titre définitif le 31 décembre 1916. Il est muté au centre d'aviation de Plessis-Belleville le 23 mai 1917. il est alors promu lieutenant à tire définitif (27 juin 1917). Il est rattaché au 2e G.A. escadron BR217.
L'aerodrome du Plessis-Belleville est un centre d'entraînement pour observateur d'aviation. Le futur écrivain Joseph Kessel s'y est porté volontaire pour une formation fin juin 1917 et en sort aspirant breveté en septembre 1917.

On lui octroie la Croix de Guerre (étoile d'argent). Par arrêté du ministre de la Guerre, la Légion d'honneur lui est décernée le 20 septembre 1918, à prendre rang à compter du 1er juillet précédent.

Il est blessé le lendemain, 21 septembre dans un accident d'aviation et meurt des suites de ses blessures dans l'ambulance 5/59 à la caserne de Royallieu près de Compiègne.[9]

Hôpital temporaire de la caserne de Royallieu

Le corps du lieutenant Charlet est inhumé dans le caveau de la famille Daire au cimetière de la rue du Repos à Conflans. [10]
Son nom est honoré au monument aux morts de Conflans.
Son nom figure sur le Livre d'or de Conflans-Sainte-Honorine [11] et sur le Monument aux morts de Conflans-Sainte-Honorine.

Postérité

Par décision du conseil municipal de Conflans-Sainte-Honorine, il est créé une rue du Lieutenant Charlet.

Notes et références

Archives familiales de la famille Damville
Archives municipales de Conflans
Livre d'Or d'une école primaire, Pages vécues de la Grande Guerre, Eugène CHABROT, 1922.

Notes