Chronique de septembre 1915 : Les dirigeables : Différence entre versions

De Le Wiki De la Grande Guerre
(publication chronique septembre 2015)
 
m (A protégé « Chronique de septembre 1915 : Les dirigeables » ([Modifier=Autoriser uniquement les administrateurs] (infini) [Renommer=Autoriser uniquement les administrateurs] (infini)))
 
(Une révision intermédiaire par un autre utilisateur non affichée)
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Fichier:Chroniqueseptembre1915.jpeg|vignette|Dirigeables - La guerre 1914-1915 - Nos dirigeables dans l’est partant en reconnaissance sur les lignes allemandes – ADY 137J 263/88]]
+
[[Fichier:Chroniqueseptembre1915.jpg|vignette|Dirigeables - La guerre 1914-1915 - Nos dirigeables dans l’est partant en reconnaissance sur les lignes allemandes – ADY 137J 263/88]]
  
 
En 1911, la France compte cinq dirigeables (on reconnaît à droite sur la carte postale le « Colonel-Renard »), auxquels s’ajoutent des « dirigeables-croiseurs » et des « dirigeables-éclaireurs ». Initialement stationnés dans l’est, certains ont été repliés sur la région parisienne pour pouvoir continuer d’en assurer la maintenance.
 
En 1911, la France compte cinq dirigeables (on reconnaît à droite sur la carte postale le « Colonel-Renard »), auxquels s’ajoutent des « dirigeables-croiseurs » et des « dirigeables-éclaireurs ». Initialement stationnés dans l’est, certains ont été repliés sur la région parisienne pour pouvoir continuer d’en assurer la maintenance.

Version actuelle datée du 3 septembre 2015 à 11:11

Dirigeables - La guerre 1914-1915 - Nos dirigeables dans l’est partant en reconnaissance sur les lignes allemandes – ADY 137J 263/88

En 1911, la France compte cinq dirigeables (on reconnaît à droite sur la carte postale le « Colonel-Renard »), auxquels s’ajoutent des « dirigeables-croiseurs » et des « dirigeables-éclaireurs ». Initialement stationnés dans l’est, certains ont été repliés sur la région parisienne pour pouvoir continuer d’en assurer la maintenance.

Avant même le début de la guerre, les aérostats étaient une catégorie en déclin : les ballons captifs ne sont plus renouvelés. Les dirigeables, trop lents et trop vulnérables face au feu ennemi, et dont l’entretien était coûteux, subissent la concurrence des avions qui ne tardèrent pas à les suppléer.

Pendant la guerre, les dirigeables se virent circonscrits à des missions d’observation et de repérage, plus rarement à des missions de liaisons généralement éloignées des lignes de front.

Pierre BURIGNAT

Téléchargez cet article au format PDF