Conséquences de la mobilisation à Saint-Nom-la-Bretèche : Différence entre versions

De Le Wiki De la Grande Guerre
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
On dénombre à cette époque 24 exploitations - fermes et maisons de culture - dont les trois plus grosses fermes sont à Saint-Nom, Valmartin et La Tuilerie-Bignon.  
 
On dénombre à cette époque 24 exploitations - fermes et maisons de culture - dont les trois plus grosses fermes sont à Saint-Nom, Valmartin et La Tuilerie-Bignon.  
 
<br />
 
<br />
 +
=Les forces vives mobilisables=
 +
Le 1<sup>er</sup> août 1914, la mobilisation touche 27 classes soit 140 hommes. Par la suite, 5 autres classes soit 24 hommes seront concernées. Nombre de travailleurs vont cruellement manquer dans les fermes, l’artisanat et le commerce.
 +
En effet, ces 164 soldats représentent 77% des hommes actifs, et 41 d'entre eux ne reviendront pas !

Version du 27 juillet 2015 à 14:36

Attelage pour les labours à Saint-Nom-la-Bretèche en 1909

Un village essentiellement rural

Lors du dernier dénombrement réalisé avant la guerre, en 1911, le village éclaté en hameaux et écarts, compte 649 habitants. Ce chiffre est en lente mais constante diminution depuis le début du XIXème siècle, que ne compense pas l’immigration.

On dénombre 336 villageois de sexe masculin et 313 de sexe féminin. Une proportion que la saignée de la guerre inversera.

On dénombre à cette époque 24 exploitations - fermes et maisons de culture - dont les trois plus grosses fermes sont à Saint-Nom, Valmartin et La Tuilerie-Bignon.

Les forces vives mobilisables

Le 1er août 1914, la mobilisation touche 27 classes soit 140 hommes. Par la suite, 5 autres classes soit 24 hommes seront concernées. Nombre de travailleurs vont cruellement manquer dans les fermes, l’artisanat et le commerce. En effet, ces 164 soldats représentent 77% des hommes actifs, et 41 d'entre eux ne reviendront pas !