Conséquences de la mobilisation à Saint-Nom-la-Bretèche

De Le Wiki De la Grande Guerre
Attelage pour les labours à Saint-Nom-la-Bretèche en 1909

Un village essentiellement rural

Lors du dernier dénombrement réalisé avant la guerre, en 1911, le village éclaté en hameaux et écarts, compte 649 habitants. Ce chiffre est en lente mais constante diminution depuis le début du XIXème siècle, que ne compense pas l’immigration.

On dénombre 336 villageois de sexe masculin et 313 de sexe féminin. Une proportion que la saignée de la guerre inversera.

On dénombre à cette époque 24 exploitations - fermes et maisons de culture - dont les trois plus grosses fermes sont à Saint-Nom, Valmartin et La Tuilerie-Bignon.

Ordre de mobilisation générale

Le 1er août 1914, la mobilisation touche 27 classes soit 140 hommes. Par la suite, 5 autres classes soit 24 hommes seront concernées. Nombre de travailleurs vont cruellement manquer dans les fermes, l’artisanat et le commerce. En effet, ces 164 soldats représentent 77% des hommes actifs, et 41 d'entre eux ne reviendront pas !

Boulangerie Berson à La Bretèche, aujourd'hui "Les Délices de Saint-Nom"

Sur la devanture de la boulangerie BERSON à La Bretêche sont apposées trois affiches :

  • - Ordre de Mobilisation Générale.
  • - Ordre de Réquisition des animaux, voitures et harnais.
  • - Dispositions concernant les Étrangers (une dizaine au village selon le recensement de 1911), qui ont 24 heures pour quitter le camp retranché de Paris dans lequel est inclus Saint-Nom-la-Bretèche.

Les dix étrangers concernés par ces ordres sont :

  • - Un anglais de 60 ans, sans profession déclarée.
  • - Un autrichien de 53 ans né en Bohème, tailleur.
  • - Un couple, le mari belge (72 ans) et l’épouse hollandaise (73 ans), tout deux sans profession.
  • - Une belge de 33 ans, cuisinière chez J.-B. Josse (“Le Vieux Logis”, aujourd’hui “Le Mandarin”).
  • - Un belge de 60 ans, garde vente.
  • - Et une famille belge avec une fille et un fils (56, 53, 29 et 18 ans), tous bûcherons et bûcheronnes, installée dans une cabane en forêt et travaillant pour une entreprise de Pontchartrain.

Les dispositions les concernant auront donc peu d’impact sur l’économie du village.

Les forces vives mobilisables