LEPRINCE Gustave : Différence entre versions

De Le Wiki De la Grande Guerre
(Page créée avec « {{Ebauche}} '''Gustave Leprince''' est un soldat conflanais. ===Etat civil=== Gustave Louis Leprince dit '''Gustave Leprince''' est né à Conflans-Sainte-Honorine le 3... »)
 
m
 
(3 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 4 : Ligne 4 :
  
 
===Etat civil===
 
===Etat civil===
Gustave Louis Leprince dit '''Gustave Leprince''' est né à Conflans-Sainte-Honorine le 3 octobre 1879, de Louis-Victor Leprince et de Angélina-Virginie Caffin<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d8f8e10679f/53d8f8e13afbb AD78 en ligne, Conflans-Sainte-Honorine, NMD 1889-1892, 2 MIEC 114, vue 78/287]</ref>.<br>
+
Gustave Louis Leprince dit '''Gustave Leprince''' est né à Conflans-Sainte-Honorine le 3 octobre 1879, de Louis-Victor Leprince et de Angélina-Virginie Caffin<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053e116250bd9b/53e1162593ebe AD78 en ligne, Conflans-Sainte-Honorine, NMD 1877-1880, 2 MIEC 112, vue 144/250]</ref>.<br>
 
Son grand-père était Armand Leprince, maire de Conflans-Sainte-Honorine. Il est le beau-frère du soldat [[LACROIX Henri]], mort pour la France.<br>
 
Son grand-père était Armand Leprince, maire de Conflans-Sainte-Honorine. Il est le beau-frère du soldat [[LACROIX Henri]], mort pour la France.<br>
 
Ses cousins sont les soldats [[LAMBERT Pierre]] et [[LAMBERT Paul]].<br>
 
Ses cousins sont les soldats [[LAMBERT Pierre]] et [[LAMBERT Paul]].<br>
Lors de son recrutement, il est domicilié chez ses parents à Conflans, 15, rue de Gaillon et exerce la profession de cultivateur.<br>
+
Lors de son recrutement, il est domicilié à Conflans et exerce la profession de cultivateur.<br>
 
Le 20 décembre 1903 à Conflans-Sainte-Honorine, il se marie avec Julia Hettrich, soeur du soldat [[HETTRICH Léon]].<br>
 
Le 20 décembre 1903 à Conflans-Sainte-Honorine, il se marie avec Julia Hettrich, soeur du soldat [[HETTRICH Léon]].<br>
Dans le recensement de 1911, Paul Lambert demeure toujours chez ses parents <ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d6bc94589d0/53d6bc94a4889 AD78 en ligne, 9 M 475/3, Liste de recensement de la population de Conflans 1911, vue 85/125]</ref>. <br />
+
Dans le recensement de 1906, Gustave et Julia demeurent 3, rue Bourbon.<br>
Le couple a un fils, René désiré Pierre Lambert né le 15 janvier 1915 à [[Conflans-Sainte-Honorine durant la Grande Guerre]].<br>
+
Le 30 mars 1909, ils vivent à Saint-Germain-en-Laye, rue du Vieux-Marché.<br>
 +
 
 +
 
 +
... <ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d6bc94589d0/53d6bc94a4889 AD78 en ligne, 9 M 475/3, Liste de recensement de la population de Conflans 1911, vue 85/125]</ref>. <br />
 +
 
  
 
===Renseignements militaires===
 
===Renseignements militaires===
Ligne 18 : Ligne 22 :
  
 
===Etats de service===
 
===Etats de service===
Incorporé le 9 octobre 1911 au 39e Régiment d'Artillerie de Campagne et immatriculé sous le n°2781. Il est 2e canonnier conducteur ledit jour et il devient trompette le 26 septembre 1912.<br>
+
Incorporé le 9 octobre 1911 au 52e Régiment de Dragons à Compiègne (Oise) et immatriculé sous le n°2781.<br>
Il est mobilisé le 3 août 1914 au 59e Régiment d'Artillerie de Campagne.<br>
+
Il est mobilisé le 3 août 1914 au .<br>
Le 7 septembre 1914, à 16 heures à La Neuvelotte, la batterie étant en action et subissant un tir d'efficacité de l'artillerie ennemie, il a été atteint par un éclat d'obus à l'auriculaire de la main gauche.<br>
+
 
Il est cité à l'ordre de la division le 2 novembre 1916 : ''Depuis le début de la campagne a constamment fait preuve d'un courage et d'un dévouement exemplaires. Dans la nuit du 6 ou 7 octobre 1916, alors qu'il accompagnait une colonne de ravitaillement prise sous un bombardement violent, a secondé énergiquement le chef de colonne relevant les blessés se mettant à l'abris des chevaux privés de conducteurs et aidant par son attitude au rétablissement de l'ordre.''
+
En 1923, ils vivent rue Bourbon et en 1937, au 63 rue Basse.<br>
Il est cité à l'ordre du régiment (n°207) du 18 juin 1918 : ''Soldat brave et dévoué. A été blessé au cours d'un bombardement par éclat d'obus ennemi.''
+
Il est décédé à Conflans-Sainte-Honorine le 2 mars 1955.
Il est passé le 1er avril 1917 au 208e Régiment d'Artillerie de Campagne.<br>===Notes et références===
+
 
 +
===Notes et références===
 
Archives familiales de Michèle Mandry (et de la famille Lambert)<br>
 
Archives familiales de Michèle Mandry (et de la famille Lambert)<br>
 
Archives municipales de Conflans, 4 H 6, liste des mobilisés<br>
 
Archives municipales de Conflans, 4 H 6, liste des mobilisés<br>

Version actuelle datée du 8 juillet 2016 à 17:26

Information bleu.png Ceci est une ébauche. Merci de nous aider à la compléter.



Gustave Leprince est un soldat conflanais.

Etat civil

Gustave Louis Leprince dit Gustave Leprince est né à Conflans-Sainte-Honorine le 3 octobre 1879, de Louis-Victor Leprince et de Angélina-Virginie Caffin[1].
Son grand-père était Armand Leprince, maire de Conflans-Sainte-Honorine. Il est le beau-frère du soldat LACROIX Henri, mort pour la France.
Ses cousins sont les soldats LAMBERT Pierre et LAMBERT Paul.
Lors de son recrutement, il est domicilié à Conflans et exerce la profession de cultivateur.
Le 20 décembre 1903 à Conflans-Sainte-Honorine, il se marie avec Julia Hettrich, soeur du soldat HETTRICH Léon.
Dans le recensement de 1906, Gustave et Julia demeurent 3, rue Bourbon.
Le 30 mars 1909, ils vivent à Saint-Germain-en-Laye, rue du Vieux-Marché.


... [2]. 


Renseignements militaires

Classe : 1899
Matricule : 3005
Bureau de recrutement : Versailles[3]

Etats de service

Incorporé le 9 octobre 1911 au 52e Régiment de Dragons à Compiègne (Oise) et immatriculé sous le n°2781.
Il est mobilisé le 3 août 1914 au .

En 1923, ils vivent rue Bourbon et en 1937, au 63 rue Basse.
Il est décédé à Conflans-Sainte-Honorine le 2 mars 1955.

Notes et références

Archives familiales de Michèle Mandry (et de la famille Lambert)
Archives municipales de Conflans, 4 H 6, liste des mobilisés
Livre d'Or d'une école primaire, Pages vécues de la Grande Guerre, Eugène CHABROT, 1922.

<references>