RAVOISIER René : Différence entre versions

De Le Wiki de la Grande Guerre
(Renseignements militaires)
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
Matricule : 2579<br>
 
Matricule : 2579<br>
 
Bureau de recrutement : Versailles<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053e29a2f1a91c/53e29a307e86e Fiche matriculaire de René Ravoisier, Archives départementales]</ref> <br>
 
Bureau de recrutement : Versailles<ref>[http://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053e29a2f1a91c/53e29a307e86e Fiche matriculaire de René Ravoisier, Archives départementales]</ref> <br>
Il est incorporé au 22e régiment d'artillerie
+
Il est incorporé au 1er régiment des chasseurs.
 +
 
 
===Etats de service===
 
===Etats de service===
 
Le 4 août 1914, il est mobilisé et rejoint le Fort de Charenton à Maisons-Alfort en Val-de-Marne pour être incorporé au 3e RAC. <ref>[http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327131j/f1.image.r=.langFR Histoire du 3e RAC]</ref> <br>
 
Le 4 août 1914, il est mobilisé et rejoint le Fort de Charenton à Maisons-Alfort en Val-de-Marne pour être incorporé au 3e RAC. <ref>[http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327131j/f1.image.r=.langFR Histoire du 3e RAC]</ref> <br>

Version du 13 mai 2016 à 19:16

René Ravoisier est un soldat conflanais.

Etat civil

Henri Adolphe Désiré Lacroix est né le 4 janvier 1885 à Boisset-les-Prévanches dans l'Eure en Normandie.
Il est décédé le 25 septembre 1916 à Bois Victor - Assevillers, dans la Somme en Picardie, à l’âge de 31 ans.
Le 3 novembre 1908 à Conflans, Conflans-Sainte-Honorine durant la Grande Guerre il se marie avec Louise Angélina Leprince, fille du maire Armand Leprince.
L'année suivante, alors qu'il est menuisier de profession, il ouvre pour son épouse une épicerie avec débit d'alcool sur leur lieu d'habitation, au 1 rue Bourbon à Conflans-Sainte-Honorine.

Renseignements militaires

Classe : 1909
Matricule : 2579
Bureau de recrutement : Versailles[1]
Il est incorporé au 1er régiment des chasseurs.

Etats de service

Le 4 août 1914, il est mobilisé et rejoint le Fort de Charenton à Maisons-Alfort en Val-de-Marne pour être incorporé au 3e RAC. [2]
Le 22 août 1914, il reçoit son baptême du feu à Rossignol, dans la province de Luxembourg en Belgique comme il l'écrit à son ancien instituteur. Eugène Chabrot
"Nous avançons jusqu'à Saint-Vincent sans incident, mais là ce fut le baptême, le 22 août. J'étais comme éclaireur avec mon officier observateur. Je fais partie de la reconnaissance pour trouver une position de batterie ; nous passons devant un bois et nous nous faisons canarder comme des perdrix par l'infanterie, puis, après, par l'artillerie ennemies; nous faisons aussitôt demi-tour et nous nous mettons en batterie sur la gauche du village, et, en dix minutes nous faisons sauter une batterie, mais derrière celle-ci il y en avait d'autres, et nous avons été obligés de battre en retraite jusqu'à Ecriennes-Tièblemont, arr. de Vitry-le-François (Marne)[3] [4]"

Fichier:Carte Henri Lacroix
Carte d'Henri Lacroix à son épouse

En 1915, on lui décerne la Croix de Guerre (étoile bronze et étoile vermeil).
Le 10 février 1916, il est nommé brigadier.
Il disparaît le 25 septembre suivant [5] Le corps d'Henri Lacroix n'a pas été retrouvé malgré une visite sur place de la famille. son nom est honoré au monument aux morts de Conflans. Son nom figure sur le Livre d'or de Conflans-Sainte-Honorine [6] et sur le Monument aux morts de Conflans-Sainte-Honorine.

Notes et références

Archives familiales de Sylvie Prodhomme (et de la famille Lacroix)
Archives municipales de Conflans
Livre d'Or d'une école primaire, Pages vécues de la Grande Guerre, Eugène CHABROT, 1922.

<references>